FORCE & MUSCLES II

Bodybuilding/Remise en forme/Musculation
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexionCalendrier

Partagez | 
 

 Mettre les freins sur la dégradation musculaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pgauriva
Pur et dur
Pur et dur


Nombre de messages : 71
Age : 44
Localisation : lyon
Date d'inscription : 01/06/2007

MessageSujet: Mettre les freins sur la dégradation musculaire   Ven 1 Fév - 12:49:26

MindandMuscle.net : Mettre les freins sur la dégradation musculaire

http://www.mindandmuscle.net/articles/robbie-durand/putting-the-breaks-on-catabolism


La voie principale de dégradation du tissu musculaire est la voie ubiquitine protéasome (UP). La myostatine active cette voie et conduit à la dégradation du muscle. Cela se produit lors des vols spatiaux, de traumatisme, de maladie mais aussi lors d’exercice de forte intensité, de stress avec des taux élevés de cortisol et de restriction calorique.

Il est a noté que les exercices d’endurance induisent plus ce type de dégradation que les exercices de résistance.

Les activateurs de la voie UP : hyperthyroïdie, cortisol, fiable niveau d’insuline et restriction calorique.

Le cortisol est une hormone catabolique, durant une restriction calorique, un surentraînement, un stress émotionnel, les taux élevés de cortisol vont entraîner une dégradation musculaire.

Un excès d’hormone thyroïdienne est responsable d’une augmentation du métabolisme, une augmentation du catabolisme du à une activation de la voie UP.

Un faible niveau d’insuline dans le sang augmente l’activité de la voie de dégradation des muscle. L’insuline est une hormone anti-catabolique. Les patients ayant une résistance à l’insuline ou un diabète ont une dégradation musculaire et une atrophie des muscles plus importantes du à des niveaux élevés de la voie UP.

La restriction calorique associé au control de l’insuline est efficace pour la perte de graisses, mais cela entraîne aussi une perte de muscle d’ou l’introduction de repas haut en index glycémique pour lutter contre cette perte de muscle. Des travaux récents d »montrent aussi que les acides aminés et la leucine sont efficace pour réduire l’activité de la voie UP et donc la fonte musculaire.

En plus de ces activations hormonales de la voie UP, les exercices en résistances active la voie UP. Cela fait partie de l’adaptation du muscle. Cependant le surentraînement augmente la fonte musculaire et arrête les gains.

Suite à un exercice de force l’activité UP augmente cela se traduit par une dégradation musculaire qui est immédiatement suivi par une synthèse de muscle, c’est le mécanisme d’adaptation à l’exercice. Il est à noter que les exercices excentriques augmente plus cette voie que les autres méthodes.

Même si l’activation de la voie UP fait partie de l’adaptation musculaire en réponse à l’exercice, une mauvaise alimentation et un stress trop important va conduire à une fonte musculaire.

L’alimentation des grands brûlés : un régime anticatabolique. C’est une diète riche en protéine et en lipides anti-inflammatoire oméga-3 et faible en pro-inflammatoire omega-6. Des études montre que ce type d’alimentation augmente la récupération musculaire suite aux brûlures.

Lors d’un régime de sèche associé à de la cardio et un travail en résistance il n’est pas étonnant que l’administration d’agent anti-catabolqiue telle que la testostérone empêche la fonte musculaire. Le clenbutérol exerce une activité contrant la voie UP d’ou une inhibition de la dégradation musculaire.

Dans le cas des grands brûlés, la lutte contre la dégradation musculaire est une question de vie ou de mort, celle ci se poursuit même lorsque le patient est nourrit. Les excès de cortisol restent élevés durant plusieurs semaines. Lors de traumatismes accompagnés d’une augmentation du glucagon et de catécholamines, c’est aussi le cortisol qui sera responsable de la fonte musculaire.

Cependant il existe une boisson le « juven » qui est spécialement conçu pour lutter contre la fonte musculaire, elle est constitué principalement d ‘HMB (1,2 gr), d’arginine (7 gr) et de glutamine (7 gr), à prendre deux fois par jour.

La glutamine : elle augmente la synthèse des protéines de choc thermique d’où un effet sur l’hypertrophie musculaire, elle permet d’augmenter les taux de glutathion d’où un effets anti-oxydant.

L’aginine : cet acides aminés est convertit en ornithine dans le foie qui est un précurseur de la synthèse musculaire. Au delà de 20 gr par jour elle réduit la perte de poids et favorise la rétention d’azote. Les mécanismes d’action ne sont pas claires : soit par la production d’oxyde d’azote soit par une action sur l’hormone de croissance.

Le HMB : c’est un dérivé de la leucine. Il a été montré qu’il favorise la rétention d’azote en augmentant le métabolisme de la leucine. Il inhibe la voie UP.

Les autres agents anti-cataboliques

Huile de poisson : elles ont des propriétés anti-inflammatoire et anti-cataboliques. Elles inhibent la voie UP mais aussi augmentent la sensibilité à l’insuline.

Le curcumin : cet épice a des propriétés anti-inflammatoires, anti-oxydantes et anti-oestrogènes. Il a été démontré que le curcumin augmente la régénération musculaire. De plus il bloque la fonte musculaire. Cependant certaines études montre que sont activité anti-inflammatoire inhibe l’hypertrophie musculaire.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mettre les freins sur la dégradation musculaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mettre les freins sur la dégradation musculaire
» freinage pas top sur zx10r k6
» vos jantes 750 !!!
» obligé de mettre le frein à main en descente
» Essai de freins dans "Le Cycle" de mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORCE & MUSCLES II :: Suppléments :: Supplémentation pour la sèche-
Sauter vers: